Final Fantasy VII Rebirth

Final Fantasy VII Rebirth 

Le 29 février dernier, les fans de Final Fantasy ont pu découvrir Final Fantasy VII Rebirth. Ce jeu était l’objet de toutes les attentions ces derniers mois, car il est la suite du remake d’un des jeux les plus populaires de tous les temps : Final Fantasy VII (1997). 

À peine quelques jours après sa sortie, nous avons assisté à des critiques qui sont aux antipodes les une des autres. Entre ceux qui adorent le jeu et ceux qui lui trouvent de gros défauts, où se trouve le juste milieu ? Nous avons testé FF7 Rebirth et voici notre critique complète. Indice : le jeu a ses petits défauts, mais dans l’ensemble, la franchise Final Fantasy s’enrichit d’une nouvelle pépite ! 

FINAL FANTASY VII REBIRTH - Launch TrailerFINAL FANTASY VII REBIRTH – Launch Trailer

Présentation du jeu 

Final Fantasy VII Rebirth est la deuxième partie du remake de Final Fantasy VII. Développée et éditée par Square Enix, la remastérisation de ce jeu culte s’inscrit dans le cadre d’une trilogie, amorcée par Final Fantasy VII Remake (2020) en tant que premier épisode, et poursuivie par FFVII Rebirth. Ce jeu solo est disponible exclusivement sur PlayStation 5.

L’histoire se déroule après les événements de FFVII Remake. Cloud et ses compagnons quittent enfin Midgar et continuent de poursuivre Sephiroth, tout en affrontant de nombreux dangers en chemin. 

cloud et sephiroth ff7 rebirth

Le gameplay 

Le gameplay de Final Fantasy VII Rebirth est à la fois classique et bien rodé. Le joueur est plongé dans un univers dangereux, avec des combats en temps réel. Le jeu propose un système de quêtes principales et secondaires qui contribuent à faire progresser le scénario et à découvrir la richesse du monde, au-delà des frontières de Midgar.

Des combats dynamiques 

Les combats dynamiques de FF7 Rebirth s’inscrivent dans la lignée des derniers opus de la saga Final Fantasy. Ils s’éloignent des traditionnels combats au tour à tour des RPG. Ici, les joueurs affrontent leurs ennemis en temps réel, à l’image d’un action-RPG.

combat sephiroth ff7 rebirth
combat aerith ff7 rebirth
combat aerith ff7 rebirth

Toutes les tactiques sont permises : attaques physiques ou magiques, stratégies défensives ou offensives, le joueur doit réagir par lui-même. Final Fantasy VII Rebirth offre aussi la possibilité de contrôler un groupe de personnages, avec lesquels il est possible de synchroniser les attaques.

Des mécaniques reconnues

Le reste du jeu utilise des mécaniques que les fans de la saga connaissent bien désormais. Les personnages montent en niveau grâce à l’expérience accumulée au fil de l’aventure, tandis que la magie conserve une place centrale avec les Matérias. Les joueurs ont ainsi la possibilité d’optimiser leurs armes en les équipant de cristaux adéquats.

folios ff7 rebirth

Les atouts

Square Enix n’a jamais dissimulé ses ambitions pour Final Fantasy 7 : Rebirth. Yoshinori Kitase et ses équipes ont relevé la lourde tâche de remastériser Final Fantasy VII. 

Un scénario riche

FF7 Rebirth place les relations entre les personnages au cœur de son scénario ; un véritable plaisir qui nous incite à explorer ce monde ouvert et à interagir continuellement avec les PNJ rencontrés en chemin.  

Certains personnages secondaires de FF7 font leur retour avec une histoire et une identité bien définies, révélées au fil des missions.

Dyne  ff7 rebirth

Des mini-jeux à profusion

Un des détails très appréciables dans ce Final Fantasy VII Rebirth est sa quantité de mini-jeux. Disponible au Gold Saucer, en plein désert de Corel, plusieurs mini-jeux cultes ainsi que de nouveaux sont proposés. Parmi les incontournables, on retrouve le G-Bike, mais aussi le 3D Brawler, le Queen’s Blood et le Galactic Saviors. Combats, courses de motos, jeux de cartes, il y en a pour tous les goûts. 

mini jeu ff7 rebirth
mini jeu ff7 rebirth
mini jeu ff7 rebirth

Les faiblesses 

Même si on peut tout pardonner à un remake d’un jeu culte sorti il y a plus de 25 ans, Final Fantasy VII Rebirth s’accompagne de quelques faiblesses.

Un open world perfectible

Dans FF7 Rebirth, l’une des plus grandes nouveautés est son monde semi-ouvert. Après l’atmosphère sombre de Midgar, nous découvrons la lumière du jour et une grande variété de paysages différents, allant de Cosmo Canyon à Junon, en passant par Corel et Nibel.

Cependant, parfois, le manque d’interactions entre le joueur, son environnement et les autres personnages se fait ressentir. Nous avons notamment peu de possibilités d’action avec le milieu qui nous entoure, à l’exception d’un système d’escalade dont l’animation aurait pu être davantage optimisée.

open world ff7 rebirth

Le choix d’Unreal Engine 4 

FF7 Rebirth reste sous Unreal Engine 4 tandis que le dernier Final Fantasy XVI a basculé vers l’Unreal Engine 5. Un choix stratégique pour une sortie plus rapide du jeu, mais qui s’accompagne de quelques défauts.

Le principal inconvénient de l’Unreal Engine 4 réside dans ses performances de modélisation. Les textures sont parfois floues, les éclairages manquent par moment de finesse, tout comme la qualité de petits détails sur certains décors.

Notre avis sur Final Fantasy VII Rebirth 

Malgré quelques légères fausses notes, FF7 : Rebirth mérite qu’on s’y attarde. Aucune de ses faiblesses n’est fatale et nous passons tout de même des dizaines d’heures happés par cette magnifique aventure. Une mention spéciale à l’ambiance sonore du jeu, une bande-son marquante signée Nobuo Uematsu, un régal pour les oreilles ! 

Les fans de la saga sont invités à plonger dans le mythique FF7, tandis que les néophytes profitent d’un jeu extrêmement riche, que ce soit en termes de décors, d’émotions, de missions ou encore d’activités secondaires.

Nous sommes impatients de découvrir le dernier épisode de la trilogie, en espérant qu’il corrige les quelques fausses notes de cet opus.

Image à la une : Bande-annonce officielle. 

Article en collaboration avec Square Enix.

5/5 – (1 vote)

Date de publication :

Catégorie :

Auteur / Autrice :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *